Déborah n. p.
Provient de «dvora» en hébreu qui signifie «abeille». 

Déborah Maurice
C’est moi.
J’aime observer ce qui m’entoure. J’aime ramasser des choses sur la plage. J’aime la plage.
J’aime les objets multifonctions.
J’aime travailler en musique.
J’aime rencontrer des personnes. J’aime.le tiramisu.
Je n’aime pas parler de mes angoisses Je n’aime pas écrire
Je n’aime pas les odeurs prenante des poubelles dans la rue
Je n’aime pas oublier 

Expériences n. f.
I. L’expérience de qqch. : fait d’éprouver qqch. dans sa réalité, épreuve que l’on en fait personnellement. 

II. Évènement vécu ou pratique prolongée de qqch., apportant un enseignement. 

III. Connaissance de la vie, des choses, acquise par des situations vécues. 

IV.Fait de provoquer un phénomène dans l’intention de l’étudier, de l’observer, de contrôler une hypothèse. 

V. Essai, tentative. 

Elles me nourrissent.
Elles nourrissent mes souvenirs. Elles nourrissent mes projets.
Elles nourrissent mes connaissances. Elles nourrissent mes envies.
Elles nourrissent mon répertoire. Elles nourrissent mes savoirs faire. Elles nourrissent mes sentiments. Elles nourrissent mes pensées. 

Fontainebleau n. p. 

Est une ville située au sud-est de Paris, connue pour son opulent château du même nom. Construit à la demande de plusieurs rois de France, le château se compose en partie d’éléments du XIIe siècle. Il abrite le boudoir turc de Marie-Antoinette, le musée Napoléon. Ses jardins à la française sont agrémentés de bassins ornementaux et de sculptures, ainsi qu’un jardin à l’anglaise et une petite cascade. La ville et le château sont entourés par la forêt de Fontainebleau (important massif boisé de 25 000 ha), au cœur de laquelle se trouve le stade équestre du Grand Parquet (autrefois lieu de chasse des rois, est devenu au fil du temps un site unique). 

C’est un petit vase clos. Si vous allez dans la rue de la soif vous re-croiserez toujours les mêmes personnes. Ces amis, ce que l’on a perdus de vue, les anciennes connaissances, des alcooliques qui ont toujours été là, ces exs, Chrichri qui attend toujours la bagarre, le proprio du petit bar (tu sais le beau gosse)… Il y a quatre bars dans cette rue (cinq en vrai mais le Napoléon je n’y vais pas) : 

Le Glasgow, Pub où on peut boire des bières et regarder les matchs,
Le Eightball, je n’aime pas le billard, mais c’est ici que l’on peut y jouer. 

Le Triptik, c’est plutôt quand on veut une ambiance lounge et des cocktails à la violette, il faut juste supporter les regards de vieux bourgeois vicelards. Le meilleur pour la fin : l’enclave, avec des jeux de société, une cave assez intimiste où on peut voir des concerts parfois. C’est tout petit, mais on s’y sent bien. 

Dans cette rue on peut croiser Georgio un rappeur, Jisbar street artiste, etc… C’est une ruelle très étroite.
Le monde se bouscule pour y aller tous les vendredis et samedis soirs.
C’est toujours compliqué de trouver une place, mais la chaleur humaine compense toujours le temps maussade de l’hiver.
J’aime bien cette rue. 

Réminiscence n.f.
Psych. Retour à l’esprit d’un souvenir non identifié comme tel. littéraire. Souvenir imprécis, où domine la tonalité affective. 

Une cafetière.
Parfois, ma simple cafetière me renvoie un souvenir aussi vague que précis. C’est une toute petite cafetière. Vous savez ? Le modèle à l’italienne en métal, avec la base octogonale.
Bref, elle est toute petite cette cafetière et moi aussi du haut de mes peut-être 3 ans.
Dans ce petit espace dinette, il y avait une vraie cafetière modèle réduit. C’était mon objet préféré et je me suis battue de nombreuses fois pour l’avoir ! C’était surement le plus bel objet de cette école.
Une simple cafetière me renvoit à tout ça.
C’est peut-être le souvenir de ce sentiment que je recherche dans un objet, c’est de cette manière là que je souhaite activer, par l’objet, la mémoire. Plus qu’une simple photo, la remontée incontrolée d’un souvenir, d’une sensation ; une réminiscence. 

Photographies : © Cécile Braneyre

Photographies : © Alexandre Fontanie