Jocelyn de Noblet – Design: Le geste et le compas

Design Luminy Design-Le-geste-et-le-compas-1988-Jocelyn-de-Noblet Jocelyn de Noblet - Design: Le geste et le compas Bibliographie Textes  Jocelyn de Noblet Gestalt-théorie Gestalt   Design Marseille Enseignement Luminy Master Licence DNAP+Design DNA+Design DNSEP+Design Beaux-arts

« Le système mis en place au Bauhaus, et en particulier le célèbre enseignement préliminaire, a été repris par presque toutes les écoles d’art appliqué, de design et d’architecture dans le monde entier. Le basic design, à quelques variantes près, est devenu une recette pédagogique en grande partie fondée sur la théorie gestaltiste. Il convient ici de s’étendre sur cette théorie qui traite du processus de création des formes par la perception et qui a été utilisée avec efficacité pour la production de formes abstraites. L’abstraction était censée être démocratique. Un design purement abstrait, précisément parce qu’il ne s’apparente à aucune culture, doit pouvoir parler à tout le monde et pas seulement à ceux qui connaissent les conventions et les symboles sur lesquels reposent des styles plus anciens.

La gestalt-psychologie : Des psychologues tels que

Max Wertheimer (1880 – 1943),  Wolfgang Kölher (1887 – 1967),  Kurt Koffka (1886 – 1941) montrèrent que dans bien des domaines, et plus particulièrement dans la domaine de la perception visuelle, les structures primaires étaient des structures de comportement complexe. Nous lisons 3 points comme un triangle, directement et automatiquement. Aucun apprentissage ne nous est nécessaire pour les assimiler à une forme triangulaire. On observe ainsi beaucoup de règles de perception selon lesquelles des éléments sont apparemment liés entre eux en unités complexes ou “Gestalten”.

Design Luminy Principes-Gestalt Jocelyn de Noblet - Design: Le geste et le compas Bibliographie Textes  Jocelyn de Noblet Gestalt-théorie Gestalt   Design Marseille Enseignement Luminy Master Licence DNAP+Design DNA+Design DNSEP+Design Beaux-arts
Principes de la Gestalt-théorie

Le principe essentiel de la Gestalt théorie est celui de la structuration phénoménale, selon laquelle tout champ perceptif se différencie en un fond et une forme.

À partir de là, on peut dégager des lois :

  1. Une forme est autre chose et quelque chose de plus que la somme de ses parties
  2. La forme est nettement distincte du fond
  3. La forme est close et structurée, c’est à elle que le contour semble appartenir
  4. La forme résiste mieux au changement que le fond
  5. Les formes sont transposables, c’est-à-dire que certaines propriétés se conservent dans des changements qui affectent d’une certaine manière toutes leurs parties.
  6. Pour résumer, la partie du champ qui est vue comme forme est celle qui est délimitée phénoménalement par un contour précis et retient l’attention. On la qualifie de forme, non pas en raison de sa disposition géométrique, mais avant tout parce que sa différenciation perceptive est élevée.

La gestalt-théorie intéressait les artistes des avant-gardes qui pratiquaient l’abstraction et les fonctionnalistes qui voyaient la possibilité d’établir une relation de cause à effet entre la vie propre des figures géométiques et les processus de Gestalt (forme) universels et innés, ancrés dans la biologie, plus fondamentaux que la culture. C’était la promesse de l’existence d’un clavier universel sur lequel la sensibilité d’un créateur pouvait jouer une harmonie universelle et démocratique (une petite remarque de ma part, c’est le discours par exemple toujours tenu par IKEA qui parle, à propos de son design, de “design démocratique”). La Gestalt-psychologie semblait offrir la caution de la science contemporaine à une vision néo-platonicienne d’une géométrie unique au cœur de la création.

Malheureusement la Gestalt-théorie a toujours défendu une conception de la structuration de la forme qu’il n’est pas possible de prouver. Elle n’a pas accordé une attention suffisante aux influences de l’apprentissage. Les choix culturels déterminés très tôt chez l’enfant par son éducation entraînent une ségrégation des formes privilégiées et il n’est pas facile d’établir avec certitude la part respective du constitutionnel et de l’acquis dans les phénomènes courant de structuration.

En conclusion, les formes qui se dégagent dans un contexte particulier seront considérées comme de “bonnes formes” ou “formes prégnantes” sans que l’on puisse pour autant les isoler de leur contexte culturel autrement que par un choix idéologique ».

 

Partager…