Ruthy Assouline – Dnsep 2008

Design Luminy Ruthy-Assouline-10 Ruthy Assouline - Dnsep 2008 Archives Diplômes Dnsep 2008  Ruthy Assouline   Design Marseille Enseignement Luminy Master Licence DNAP+Design DNA+Design DNSEP+Design Beaux-arts

Artisanat 

L’artisanat est à mon sens fortement lié à la tradition, de tout temps associé à des connaissances et des savoir-faire transmis de génération en génération. 

Marcel Wanders à travers son travail, donne à voir une volonté de revaloriser la fabrication artisanale et s’interroger sur une évolution des savoir-faire qui intervient au moment même de la fabrication. « Lier le passé et le présent. Humaniser les produits devient un but en soi, en se détachant de la machine pour accéder à une dimension artisanale et à des savoir-faire que l’on a tendance à perdre de vue. Aujourd’hui, l’émotion est au premier plan. Le passé devient ainsi source d’inspiration » 

Image archétypale 

Enrichi des objets et du savoir-faire d’un autre temps, mon travail se nourrit de références issues de l’inconscient personnel et collectif. Intriguée par les matériaux largement employés et les mises en œuvre éprouvées, attirée par les créations qui sont le résultat de techniques ancestrales, presque artisanales. J’utilise l’image archétypale de l’objet et essaie de le réinterpréter avec un regard contemporain. Les Droog-Design s’inscrivent aussi sous trois pôles essentiels : la récupération, les formes standards utilisées de manière décalée et l’emploi de technologies de pointe quelquesfois mêlées à des techniques artisanales. Dans leur travail, les objets sont toujours en relation avec l’individu, l’utilisateur. Ils traitent des souvenirs, de la nostalgie, de la réutilisation, de l’artisanat… Les objets racontent une histoire et génèrent une interaction avec l’utilisateur. 

« Ma mère était dealer d’art contemporain. Mon père plus âgé était passionné de dessins du 18e siècle. Ces intérêts bicéphales m’ont enseigné qu’ancien et nouveau peuvent cohabiter et que la beauté naît de leur combinaison », Constantin Grcic, Intramuros, Janvier 2007 

Le tapis 

Ce qui me paraît morphologiquement intéressant dans le tapis, c’est qu’il s’agit d’un objet plat et souple, susceptible aussi bien d’être roulé que de glisser horizontalement.

« D’un point de vue lexical, la racine tap renvoie à l’action de fouler, presser. Il se glisse entre le sol et les meubles, sous les hommes qui le foulent, { …} mettant en valeur à travers cette présentation, sa dimension artisanale ». 

le livre de l’ornement et de la guerre, Jacques Soulilou. 

Sa translation du plan horizontal au plan vertical provoque par ailleurs une transformation sémantique au cours de laquelle on passe du tapis à la tapisserie. Il change ainsi de statut, d’objet d’art appliqué ayant une valeur d’usage il devient objet de contemplation et perd ainsi son rapport au corps global, ses qualités kinesthésiques, pour ne conserver que son rapport à l’œil. Emblème de l’art appliqué et mécanique (en raison de son mode de production et de sa fonction) et modèle de la servilité décorative. 

Forme et Fonction 

Bousculer les traditions, modifier une gestuelle qui peut être ancestrale dans le but de remettre en jeu des questionnements sur la forme associée à la fonction. Je tente de produire des objets qui, par leur forme et leur fonction, interrogent l’usage que nous en faisons. Je veux opérer en bousculant normes et standards, révéler si possible de nouveaux regards. Établir de nouveaux gestes, de nouvelles habitudes, étendre la réflexion aux procédés de fabrication et de consommation. Donner à voir une scénographie et des objets qui ‘imposent au corps et à l’attention du visiteur un effort, une légère distorsion corporelle et intellectuelle ‘. Catherine Geel, Intramuros. 

Toucher la matière, chercher la faille et explorer pour mieux saisir le processus de fabrication de l’objet. 

Passage 2D-3D 

Je développe une réflexion sur le passage du plan au volume à travers le procédé de fabrication de l’objet et la mise en œuvre de matériaux plats. Comment faire naître une sculpture à partir de la 2e dimension, tout en affirmant cette origine bidimensionnelle ?

Tout part d’une relation forte à la matière. Pliée, étirée, déformée, contractée, distendue, mon intérêt se réveille quand la matière est sous tension, mise à mal pour révéler ses limites physiques et structurelles. Je développe ainsi un principe de travail à travers une action précise : plier. La matière s’échappe ainsi de son support, le plan mute pour devenir volume, la matière prend vie et de surface, elle devient objet. 

Industrie 

L’histoire du design se confond avec celle de la révolution industrielle. Avec la production mécanisée commence une nouvelle histoire de l’environnement humain, écrite aussi par les industriels et non plus uniquement par les artisans et les artistes. La production industrielle commence à investir tous les domaines de la vie quotidienne vers le milieu du 19e siècle. Avec ses meubles en bois courbé, construits à partir de composants facilement assemblables par vissage, Thonet démontre que la production en série peut conjuguer quantité et qualité formelle. L’exemple de la chaise Antibodi de Patricia Urquiloa illustre bien aussi à mon sens le rapport possible entre complexité et série et entre caractère artisanal, et nouvelles technologies.

« On peut affronter la complexité et la fabrication en série sans pour autant sacrifier le narratif et nos racines culturelles », affirme-t-elle. 

 

Jury Dnsep 2008

Christian Dautel : Architecte – Président

Claire Viallat : Historienne de l’art.

Sebastien Wierinck : Designer.

Ronan Kerdreux : Designer, représentant l’école.

 

Son travail est visible ici

Partager…