L’UAM, entre Luxe et Standard

Imprégné de luxe et de lourdeur ornementale, le style Art déco ne tarde pas à lasser un certain nombre d’architectes français. La réflexion fonctionnaliste apportée par Le Corbusier et le Bauhaus amène les partisans d’une esthétique dépouillée répondant aux besoins de la société technique à fonder, en mai 1929, l’Union des artistes modernes (UAM). Ce groupement rassemble les détracteurs de l’art décoratif ornemental : Franz Jourdain, René Herbst, Robert Mallet-Stevens (premier président de l’UAM), Raymond Templier, Pierre Chareau… Ces créateurs rompent avec la Société des artistes décorateurs (SAD), dont ils rejettent le statut institutionnel.

Design Luminy Living-room-Francis-Jourdain-1928-300x192 L'UAM, entre Luxe et Standard Références  UAM   Design Marseille Enseignement Luminy Master Licence DNAP+Design DNA+Design DNSEP+Design Beaux-arts
Living-room, Francis Jourdain, 1928

Les membres de l’UAM viennent d’une avant-garde modérée et se regroupent par affinités esthétiques et personnelles. Influencés par le fonctionnalisme, mais restés fidèles à la tradition du beau métier et du luxe français, ils divergent cependant sur leurs aspirations théoriques. De fait, les statuts de l’association sont vagues et son support théorique ne sera défini qu’en 1934 avec la parution du manifeste.

L’UAM ne choisit pas de rompre avec la tradition. Elle souhaite toujours une adéquation entre les artistes et les artisans et continue de coopérer avec les métiers d’art et la décoration. Entre 1929 et 1934, elle expose des ensembles et objets domestiques de luxe produits en petite série où triomphent le rationalisme et la fascination pour la modernité des matériaux et de la mise en œuvre.

Design Luminy Bureau-pour-Robert-Mallet-Stevens-Pierre-Chareau-1927-300x192 L'UAM, entre Luxe et Standard Références  UAM   Design Marseille Enseignement Luminy Master Licence DNAP+Design DNA+Design DNSEP+Design Beaux-arts
Pierre Chareau, bureau pour Rob Mallet-Stevens, 1927

En témoignent les luminaires en métal de Pierre Chareau ou les fauteuils de Charlotte Perriand, réalisés à partir de tubes de bicyclette, ainsi que l’orfèvrerie géométrique de Puiforcat et les tissus abstraits d’Hélène Henry, personnalisés sur commande. 

Arlette Barré-Despond, UAM, Paris, 1986 ; catalogue de l’exposition Les Années UAM, Paris, 1988. 

Partager…