Julie Esplandes – Dnsep 2017

Design Luminy Julie-Esplandes-Dnsep-2017-1 Julie Esplandes - Dnsep 2017 Archives Diplômes Dnsep 2017  Julie Esplandes   Design Marseille Enseignement Luminy Master Licence DNAP+Design DNA+Design DNSEP+Design Beaux-arts

Design Luminy Julie-Esplandes-Dnsep-2017-1-300x225 Julie Esplandes - Dnsep 2017 Archives Diplômes Dnsep 2017  Julie Esplandes   Design Marseille Enseignement Luminy Master Licence DNAP+Design DNA+Design DNSEP+Design Beaux-artsLes traces d’usure inscrites sur les objets, architectures, paysages ou tout autres éléments, sont en premier lieu une perte. Causée à la survenue de l’usure, cette perte est provoquée par un enlèvement de matière, une perte de masse, de côte ou de forme. La marque qui en résulte alors, met en évidence le manque de ce qui était et qui n’est plus. L’élément se voit réduit et une diminution de sa matière est visible, et donc de sa forme même. C’est une démonstration de la fragilité des choses et de leur disparition à venir plus ou moins proche.

Le monde matériel porte en lui cette caractéristique de l’usure inévitable et donc de sa disparition certaine. L’usure est une modification irréversible, une fois la chose altérée, la diminution est définitive. Toute possibilité de retour à son existence antérieure enlevée, l’état précédent de l’élément est perdu à jamais. Son caractère irréversible engendre donc bien un affaiblissement de ces éléments et une disparition violente. La perte indiquée par l’appauvrissement de la matière, c’est-à-dire sa réduction, emmène l’objet ou autre élément à diminuer au fur et à mesure. Ainsi, Design Luminy Julie-Esplandes-Dnsep-2017-2-300x225 Julie Esplandes - Dnsep 2017 Archives Diplômes Dnsep 2017  Julie Esplandes   Design Marseille Enseignement Luminy Master Licence DNAP+Design DNA+Design DNSEP+Design Beaux-artstoute usure s’ajoutant est un pas de plus vers cette disparition. L’état d’origine des choses est nécessairement éphémère et l’altération n’est en définitive qu’une lente disparition. Une chose, à partir du moment où elle est donnée à vivre, à avoir son existence propre et laissée à son destin, subira nombre d’usures. Abîmée, accumulée, affaiblie, altérée, arrachée, cabossée, cassée, compressée, craquelée, décomposée, déformée, désagrégée, divisée, écaillée, effritée, enfoncée, enlevée, entamée, fatiguée, fissurée, frottée, grattée, marquée, pelée, raclée, rayée, recouverte, réduite, retirée, rouillée, tâchée, ternie, tordue, putréfiée, surmenée, etc. Autant de qualificatifs qui décrivent des inscriptions dans la matière, sur sa surface. L’apparition de l’usure se manifeste dans son inscription dans la matière, en ayant des conséquences directes dessus.

Dans ces différents états de dégradations, nous rencontrons les pertes de matières avec les altérations par abrasion, rayure ou érosion, mais encore les gains de matière par dépôt, les déformations de matière, les séparations d’éléments par dislocation, les transformations au niveau moléculaire dû aux réactions chimiques ou encore bien d’autres cas spécifiques.

Jury Dnsep 2017 :

Président : Jörn Aram Bihain, Architecte

Mémoires : Elena Biserna, Artiste

Sophie Bellé : Historienne de l’art

Martial Marquet : Architecte, Designer

Philippe Delahautemaison : Architecte, représentant l’Esadmm

Partager…